En tournée avec Massive Attack: Répétitions de production

By in Musique, Son Live

Cet article est le premier de la série En tournée avec Massive Attack de Robb Allan. Robb partagera son expérience à la fois en tant qu’ingénieur façade et membre de l’équipe Live Sound d’Avid.

J’ai passé ma vie à mixer sur les routes, mais depuis huit ans, je travaille chez Avid dans l’équipe Live Sound. Avid est l’auteur de toutes sortes de logiciels et de matériel qui permettent de créer les meilleures musiques que nous écoutons et les meilleurs films et programmes TV que nous regardons. Ses produits les plus célèbres sont Pro Tools et Media Composer. Depuis 4 ans, je fais partie de l’équipe dirigée par mon ami Al McKinna, qui comprend le Jedi de l’audio Robert Scovill, père de la nouvelle console pour le live répondant au doux nom de S3L. Depuis son lancement, j’ai beaucoup voyagé, j’en ai parlé avec la communauté audio et j’ai réalisé des ateliers pratiques avec mon collègue Chris Lambrechts. Et maintenant, je vais passer l’été en tournée avec la S3L et assurer le mixage façade de l’excellent groupe Massive Attack sur la console que j’ai vue grandir, depuis les croquis initiaux jusqu’à sa forme finale génialissime (je l’avoue, je ne suis pas très objectif).

Pour préparer la tournée, nous avons prévu de passer trois jours dans le studio de Massive Attack à travailler les arrangements et les idées, avant les cinq jours de répétitions de production à la Bristol O2 Academy pour programmer le show. Ensuite, nous enverrons le matériel à Sofia, en Bulgarie, où nous travaillerons une dernière journée sur la production sur site, puis il y aura le premier concert. Ma dernière tournée avec Massive Attack remonte à 8 ans, et j’ai tellement hâte de les rejoindre et de commencer la tournée que je me sens comme un enfant à la veille de Noël…

Music: On Tour with Massive Attack—Production Rehearsals

Dans le studio

J’arrive donc au studio de Massive, qui se trouve, selon leurs propres mots, dans un lieu secret de la zone industrielle de Bristol. C’est un endroit génial, décoré d’œuvres d’art de 3D et d’autres artistes. Il y a plein de trucs : des posters originaux des Sex Pistols, les œuvres d’art à l’origine des pochettes d’albums de Massive Attack et même un Cyberman d’origine de Doctor Who, que vous pouvez apercevoir sur la photo. C’est un lieu propice à la création et le groupe s’y terre depuis des semaines. Les deux batteurs, Julian et Damon, le bassiste Winston et le guitariste Angelo se sont installés dans la pièce Live. En régie, il y a les claviers, le playback et le chant. L’ingénieur du son retour Paul Hatt et les backliners sont dans le couloir. J’ai ma S3L à l’étage, entre la table qu’on utilise pour manger et le baby foot.

Music: On Tour with Massive Attack—Production Rehearsals

Music: On Tour with Massive Attack—Production Rehearsals

2014-07-11_Massive-Attack-Production-Rehersals-04_446x334

Heureusement que la S3L est aussi compacte ! Si j’avais utilisé ma vieille console analogique de l’époque, on aurait eu très faim et on aurait dû annuler notre tournoi de baby foot de haut niveau…

Tous les instruments n’étaient pas repris au micro, car nous voulions nous concentrer sur les arrangements du groupe. J’ai construit mon fichier Show et utilisé un mix retour de Paul pour écouter les nouvelles chansons et les nouveaux arrangements. C’était sympa, mais j’avais hâte d’aller à l’Academy pour commencer le vrai travail. Le dimanche soir, tard, nous avons emballé tout le matériel et nous nous sommes rendus de l’autre côté de la ville.

Bristol O2 Academy

Nous avons décidé de placer tout le backline par terre dans la salle car il n’y avait pas assez de place sur scène. Pour les reprises, nous n’avons choisi que des micros assez simples. Je joins ma patch list à l’article, pour les curieux.

Les micros les plus inhabituels : un Altec 633A en top sur la caisse claire de Damon et le nouvel AKG D12VR pour le kick.

Music: On Tour with Massive Attack—Production Rehearsals

Nous allons faire beaucoup de festivals en plein air cet été, de l’Islande au Liban, donc j’ai voulu sonoriser le kit par zones, avec des micros placés assez bas plutôt qu’en overhead, pour limiter les bruits de vent et avoir un son de batterie propre et précis.

Music: On Tour with Massive Attack—Production Rehearsals

Nous avons utilisé des Shure Beta 98AMP sur les toms et un mix de AKG C414B XLS et de Shure SM81 sur les cymbales, le charley, les percussions, etc. J’avais aussi besoin de micros rapprochés pour quelques-uns des plug-ins ésotériques insérés sur des coups de cymbales ou des percussions spécifiques dans certaines parties des morceaux (nous verrons ça plus en détails plus tard).

2014-07-11_Massive-Attack-Production-Rehersals-07_387x515

Bizarrement, l’énorme équipement vidéo et d’éclairage étaient préparé et programmé dans une autre ville. Nous avions un lien vidéo pour regarder leur travail pendant que nous faisions le nôtre. Nous n’avons donc pas associé le son et l’image avant d’arriver à Sofia ! Il y a des configurations visuelles A et B qui se déplaceront à travers l’Europe tout l’été, avec quelques surprises supplémentaires pour le show de Glastonbury, où nous jouerons en tête d’affiche.

Liste de l’équipement de façade

Pour la façade, je transporte ma S3L dans un flightcase audio AdLib très pratique et j’utilise un support de clavier pour le poser (alors qu’avec notre vieux matériel paléolithique, on devait s’y mettre à 10 et sortir une batterie de jurons au passage). J’ai un MacBook Pro pour enregistrer et lire dans Pro Tools, un Rosendahl Mif4 pour convertir le LTC en MTC, une interface MIDI Roland UM ONE et mon Focal CM50. Les Focals sont des moniteurs géniaux de mon studio que j’utilise pour le Virtual Soundcheck et le travail audio en général. Je peux les écouter toute la journée sans me fatiguer. J’adore leur douceur, leur précision et leur côté non agressif dans les aigus et leur réponse plate et fidèle dans les basses. Ce sont de loin mes moniteurs de proximité préférés.

2014-07-11_Massive-Attack-Production-Rehersals-08_871x592

Timecode

Tout le show suit un code généré au niveau de la machine de playback. Les stems de Pro Tools, principalement des effets sonores et des pistes de clavier, sont importés et calés sur le code avec les pistes de clic. Tout cela est distribué aux univers de l’audio, de la vidéo et de l’éclairage.

2014-07-11_Massive-Attack-Production-Rehersals-09_480x223

Voici comment ça marche : le LTC est envoyé sur un canal d’entrée via un multi AVB, un canal de sortie direct est relié à mon périphérique Rosendahl qui le convertit en MTC, le Roland me renvoie le MTC en MIDI pour déclencher les snapshots du show. Ce qui est vraiment bien, c’est que, dans mon Virtual Soundcheck, j’enregistre le code LTC dans une piste Pro Tools quand le groupe est sur scène, et en mode Playback, le code est là au même endroit que dans Pro Tools, va dans le Rosendahl, etc. Cela me permet d’effectuer une programmation précise.

Parfois, sur certains passages, il y a trop de changements pour que je puisse les faire manuellement. Je peux passer du temps sur mon Virtual Soundcheck pour trouver le moment exact où rappeler mon snapshot, le stocker, en sachant qu’il sera parfait à chaque fois. C’est génial et un peu comme de la science-fiction ! Avant, j’utilisais des cartes indexées avec des rappels écrits au dos. Le problème avec les fiches, c’est qu’il faut commencer par ne pas les oublier. Des fois je les laissais dans le bus, avec mon déjeuner, ou à l’hôtel… Nous avons aussi utilisé des pistes de playback supplémentaires pour les retours, comme par exemple des décomptes, du type 1, 2, 1, 2, 3, 4 pour les retours in-ears. Et même des notes ou des accords pour aider les chanteurs à trouver la note sur les passages les plus denses.

2014-07-11_Massive-Attack-Production-Rehersals-10_408x543

Le Virtual Soundcheck, c’est génial !

Nous avions environ 4 jours pour travailler à l’Academy. Nous avons passé de longues heures à perfectionner le show, le groupe répétait des morceaux et travaillait sur les mix in-ear. Paul avait tellement de repères à noter, mais avec le code pour les déclencher, son travail était un peu moins impossible. La scène était majoritairement silencieuse, sans haut-parleurs, in-ears ou amplis virtuels. Les seuls sons provenaient de la batterie acoustique et du claquement des baguettes sur les pads des drum kits électriques. Ça aide vraiment pour le Virtual Soundcheck car nous n’avons pas à composer avec les bruits d’ambiance émanant de la scène, surtout dans les grandes arènes et les shows en plein air. Je travaillais dans Pro Tools toute la journée, ma session la plus longue durait 10 heures ! C’est incroyable qu’avec un MacBook Air et un lecteur USB3 standard, je puisse enregistrer 64 pistes vers Pro Tools sur un câble Ethernet, jour et nuit. C’est vraiment génial d’ouvrir une nouvelle session dans Pro Tools et de voir l’option Create session from VENUE. Pro Tools reconnaît qu’il est relié à un système VENUE, et à l’aide des métadonnées incluses dans le réseau AVB, il crée une piste pour chaque canal de la console sur lequel une entrée est patchée. Il crée également des pistes mono ou stéréo pour refléter les canaux mono ou stéréo de la console. Plus encore, il utilise le nom du fichier Show VENUE comme nom de session PT et tous les noms des canaux d’entrée de la console comme noms de pistes dans Pro Tools. Tout cela se produit plus vite qu’il ne me faut pour le dire. C’est une véritable alchimie audio et ça me fait économiser beaucoup de temps et d’efforts. Je commence par un snapshot par morceau et le reste suit à partir de là.

Music: On Tour with Massive Attack—Production Rehearsals

Snapshots et plug-ins

Comme je l’ai dit, dans certains morceaux il y a plusieurs changements à un point précis, qui sont impossibles à faire manuellement. Je crée un nouveau snapshot pour ce passage et je le programme pour qu’il se déclenche à cette image précise du MTC. En mode d’enregistrement, quand je rappelle un snapshot, un repère cue est inséré sur la timeline de Pro Tools. En mode Playback, quand je rappelle un snapshot, Pro Tools se rend directement à ce point. Ça simplifie tellement l’enregistrement et les modifications du show.

2014-07-11_Massive-Attack-Production-Rehersals-12_477c635

Puisque VENUE dispose de recalls sélectifs dans son workflow basique pour les snapshots, je pouvais construire lentement mes mix, en sachant que je pourrais ajouter d’autres éléments plus tard. J’ai commencé avec des faders et des mutes, puis j’ai ajouté des paramètres de plug-ins et des changements de noms pour les pistes de playback. Puis à l’aide de la matrice Safe de Snapshot Recall, j’ai ajouté des changements plus créatifs avec un traitement dynamique spécifique pour, disons, un compresseur dans un canal. À la fin, j’avais quelques repères de plug-ins très spécifiques. Un SansAmp est inséré sur le rimshot de Tear drop pour lui donner plus de mordant. Il est ensuite envoyé dans une reverb plate courte avec un pre-delay de 125 ms. J’ai quelques repères pour l’insertion d’un phaser Moogerfooger sur l’une ou l’autre des cymbales ride. Je stocke les changements plus généraux, comme des réglages constants d’EQ ou de plug-in, dans mon fichier Show. Grâce à ça, je peux être très stratégique et précis avec mes snapshots.

Quand le groupe répétait, j’enregistrais tout dans Pro Tools. On a travaillé par à-coups car le groupe se familiarisait avec son mix de scène et affinait les arrangements. Au bout d’un moment, j’arrivais à enregistrer un morceau complet et quand ils faisaient une pause ou rentraient chez eux, je pouvais commencer à monter le mix à partir de l’enregistrement. Robert, connu sous le pseudonyme de 3D, s’asseyait à côté de moi pendant que je travaillais. Il a une très bonne oreille musicale. Tous les autres membres du groupe me rejoignaient aussi à différents moments et partageaient leurs idées avec moi. Nous pouvions être très abstraits et philosophiques à propos du son que nous voulions créer. Le charley et la caisse claire sur l’un des morceaux devait sonner « comme un enregistrement de Serge Gainsbourg » (j’ai dû aller acheter un album sur iTunes, je ne connaissais pas du tout !). À un moment, 3D et moi avons parlé de traitement dynamique. Massive a d’énormes pointes de son, comme un tsunami qui s’abat sur vous avant de se transformer en minuscules clochettes (une reverb inversée retardée insérée sur un morceau). Il était tard et j’ai commencé à dire : « Sans le silence, le bruit n’existe pas : c’est dans le contraste que l’on trouve la vérité. Sans le silence, le bruit n’est pas du bruit, c’est de l’ambiance ». Mark, le manager du groupe, m’a ensuite fait remarquer que je parlais comme un personnage de Spinal Tap. C’était donc l’heure d’aller dormir ! Au fil des jours, nous avons lentement monté une production audio détaillée, comme on produit un album, en changeant les sons de batterie et les reverbs pour chaque morceau, en appliquant un traitement dynamique aux morceaux, en tentant de faire varier l’ensemble pour faire monter les morceaux jusqu’à leur apogée puis les faire retomber dans un quasi-silence, afin de donner de la cohérence au show. Les morceaux doivent fonctionner ensemble et avoir un style et un contenu audio cohérents en eux-mêmes et avec le reste de la performance, qui durait deux heures. La collaboration offerte par le Virtual Soundcheck est incroyable. J’adore avoir la possibilité de passer du temps avec l’artiste et de partager la responsabilité et la créativité de la présentation de l’audio. Les artistes se sentent tellement plus à l’aise quand ils savent que l’audio diffusé aux spectateurs est un concept qu’ils ont créé avec l’ingénieur façade et validé eux-mêmes. Avant, ils devaient se fier aux retours de leurs mères et petites amies (ou d’un directeur artistique assis au bar) pour savoir ce que le son avait donné.

Règle du bon roadie n°2 : Écouter le groupe. C’est leur musique, votre job est de vous assurer que tout le monde peut en profiter.

Journée de production à Sofia

Nous allons tous au concert, et découvrons qu’il s’agit d’une arène de hockey sur glace de l’époque soviétique : du béton, des sièges brillants, du verre et un gigantesque toit en tôle ondulée. Le toit était en fait la plus grande reverb plate au monde. La première chose que l’on a vu en arrivant, c’est une pancarte nous informant que nous ne pouvions pas rentrer avec des armes. J’étais bien content de l’apprendre. Plus tard, j’ai testé la reverb sur le kick : elle s’élevait à 11 secondes… Il y a eu une pagaille inouïe une heure après le début de l’installation quand un rat de la taille d’un chat domestique (juste énorme) s’est échappé en courant des canalisations ouvertes, est passé sous la rampe de la scène et a suivi le multi jusqu’à la façade, avant de disparaître dans une autre canalisation ouverte.

Music: On Tour with Massive Attack—Production Rehearsals

2014-07-11_Massive-Attack-Production-Rehersals-15_450x328

Music: On Tour with Massive Attack—Production Rehearsals

Le système de diffusion principal était une d&b V-Series avec des V-SUB, c’était la première fois que je les utilisais. C’est un caisson passif, donc il y a beaucoup de son émis par un petit nombre d’amplis. C’est toute l’efficacité de l’ingénierie allemande. Le son était génial, même dans cette salle. Malheureusement, il n’y avait pas assez de subs en Bulgarie pour couvrir l’ensemble de l’arène, qui pouvait accueillir environ 20 000 personnes. La société de location avait d’anciens subs faits maison (moins j’en dis à leur propos, mieux c’est) et quelques Nexo GEO S8 pour la diffusion principale. Ils avaient quelques infills Nexo et des subs faits maison pour les infills sur les côtés, un vrai mélange. Nous avons passé un peu de temps là-dessus et j’ai enfin réussi à les faire tous fonctionner ensemble ! C’était un peu comme les nations unies des haut-parleurs, et moi j’essayais de faire en sorte qu’ils s’entendent malgré leurs différences.

Malheureusement j’ai dû abandonner des points importants du mix pour pouvoir utiliser cette salle et nous sommes repassés à notre son de base. À un moment, le bassiste Winston m’a demandé si la reverb de son rack d’effets avait le bon temps de reverb et s’il avait besoin d’en rajouter… La version politiquement correcte de ma réponse est que, aussi bonne qu’était l’offre, il y avait suffisamment de graves gratuites dans l’arène. Et voilà, la phase de production était terminée. Le spectacle pouvait commencer!

Music: On Tour with Massive Attack—Production Rehearsals

As a live sound engineer, I have been lucky enough to work with some amazing artists including Coldplay, Massive Attack, Manic Street Preachers, Natalie Imbruglia, Richard Ashcroft and Lisa Stansfield. I have also mixed broadcast sound on David Letterman, Saturday Night Live, Jay Leno, the Brit Awards, the MTV Music Awards and the 2010 World Cup Kickoff Concert.